Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Welcome to Vietnam

Publié le par clineb

Bonjour a tous !

Mon depart de Chine pour le Vietnam fut assez epique je dois dire...ce sont les peripeties du voyage qui nous font sortir la carte chance et surtout developer son instinct, chose que le genre humain a tendance a oublier a mon avis. Peut-etre parce que les medias dictent nos conduites, nos pensees, ne nous laissant plus d'espace pour notre libre arbitre, notre autonomie...mais j'arreterais la mes exces de philosophie, c'est que l'on reflechis beaucoup lorsqu'on est livre a soi-meme.

Voici donc mon retour de Dali, le 29 mars 2011 :

Je pars de la guest house de Dali, Joker a appele un de ses amis pour m'emmener au bus qui me reconduira a Kunming. Le chauffeur m'assure que je serai a Kunming avant 16h00, chose indispensable car je dois recuperer mon passeport au consulat du Vietnam avant 17h30...Et aussi recuperer ma carte bancaire oubliee la semaine passee dans le distributeur de la banque situee juste a cote du consulat...Il fait un temps pourri sur la route, Dali et Kunming sont situes entre 1800 et 2000 m d'altitude et entre les 250 km qui separent les 2 villes ca monte et ca descend, ce qui donne une impression de lenteur monotone a l'allure de ce bus ma foi confortable. Le chauffeur, vers 13h decide de s'arreter dans une station ou plusieurs bus se sont stationnes, j'en profite pour m'acheter un bol de nouilles et observer tous ces chinois qui attendent de remonter dans leur bus respectif. Une attente interminable a cette station dont je ne comprend pas la raison... le bus reouvre ses portes nous repartons enfin ! Arrives a la peripherie de Kunming, il est environ 16h30, je commence a prendre peur de ne pas arriver a temps pour recupere mes effets. Mon pressentiment se revela exact lorsque nous arrivames en plein dans les bouchons de Kunming, une  file de quelques kilometres qui me fait bouillir de rage interieurement : "Pourquoi ne suis-je pas partie la veille ???!" - "parce que je n'aime pas cette ville, c'est moche..." Voici donc ma premiere erreur, toujours arriver sur place au moins 2 jours avant son depart, on ne sait jamais....

J'arrive donc a la gare routiere a 17h25, elle se situe a 5 km du centre ville. Je regarde ce qu'il me reste comme argent, exactement 67 RMB soit environ 7 euros...je reflechis entre prendre le taxi ou le bus...le taxi coute 40 RMB, le bus 3.5 RMB  mais le taxi est plus proche et sera plus rapide...J'arrive donc au consulat du Vietnam montre en main, mon sac de 15 kilo sur le dos a exactement 17h50. Le consulat fermant a 18 h je pense avoir une chance de recuperer mon passeport mais une femme a l'esprit tres obtu me ferme le rideau de fer juste devant mes yeux, occultant completement ma presence et mes gestes de detresse derriere la lourde grille que je finis par brutaliser d'un coup de pied...garder son calme...Il est 17h55, je cours a la banque en ayant un infime espoir d'y retrouver ma carte au guichet mais la encore, meme scenario mais avec un personnel toutefois plus aimable et comprehensif qui ne peuvent malheureusement rien pour moi, les bureaux sont fermes depuis 1/2 h, je dois revenir demain... Il doit etre 18h30 quand une pluie fine et glacee commence a tomber, a cet instant je suis un peu desesperee et apres avoir verse une larme de chaque oeil, fume 4 cigarettes d'affile et recompte ma monnaie (12 RMB), je me souviens d'un bar pres de la ou habite Quentin (qui n'est evidemment pas chez lui ces jours-ci) ou le proprio est neerlandais. A cet endroit je pourrai etre au chaud, expliquer ma situation et trouver peut-etre de l'aide et du soutien. Sans passeport je ne peux evidement pas aller dans un hotel et encore moins sans argent...Je depense donc 9.50 RMB pour me rendre de l'autre cote de la ville, au moon dog cafe. Il fait chaud, Yuth me reconnaissant, m'offre un the qui me fait le plus grand bien , le genre de the qui vous rechauffe les mains, l'interieur demon estomac vide et de mon cerveau vide egalement. La Youth, sa femme et d'autres me proposent un tas d'issues et d'alternatives notamment celle d'enfoncer la porte de mon amie Quentin absent, chose que que je refuse categoriquement. Gregor etait la parmis eux et parlait francais, un grand soulagement pour moi de pouvoir raconter en detail mon histoire. Il se propose de m'accueillir, au grand bonheur de la femme chinoise de Yuth qui s'est decompose quand son mari me proposa de m'accueillir chez eux...Je pars donc avec Gregor et Jacky faire un billard au camel bar et nous rentrerons en taxi apres cette partie. Gregor habite l'extremite de la ville, il a un appartement immense, tres moderne. Il me prepare une chambre qui ne sert qu'a entreposer des valises, un debarras de 20m2...J'ai alors pour moi un enorme lit 2 places et chose sympa en chine un chauffage de lit electrique, thermostat reglable a la tete du lit, je peux choisir la temperature. Gregor est vegetarien, il me propose des fruits, du the. Il me met serviette, eau chaude a disposition et internet. Je passe une nuit tres paisible, un grand bonheur apres le stress vecu dans la journee. Le lendemain Gregor passe la journee avec moi, a m'aider dans mes demarches. Il parle couramment chinois et cela m'ai d'une aide precieuse dans l'administration chinoise notamment a la banque ICBC qui finiront 4h plus tard par nous dire que ma carte est definitivement perdue. bon...ok je dois penser a une nouvelle alternative...et Gregor me demande d'accepter son aide et son argent, me disant qu'il n'a aucun soucis et peut de depanner de l'argent sans probleme...je suis evidemment tres genee mais comment refuser un aide si precieuse ??? Nous allons manger dans un petit resto non loin du consulat et je me connecte a internet pour reserver un "packapers hotel", tres bon marche. Je recupere mon visa a 17h30 au consulat du Vietnam, j'ai bien cru que l'ours se tenant derriere le guichet allait me dire de revenir le lendemain car je n'ai pas cocher la case "single entry or multiple entry". J'obtiens mon visa avec un grand soulagement, une joie immense, j'avais de nouveau une identite, une identite internationale...ouf ! Je regarde ma montre, mon vol est dans moins de 3 h, je cours prendre un bus pour l'aeroport accompagne de Gregor qui veut s'assurer que tout se passe bien. Juste le temps de m'acheter une carte de cigarettes et je monte dans l'avion.

A mon arrivee 2h plus tard, un homme m'attend a l'aeroport avec une petite pancarte sur laquelle etait inscrit mon nom et mon prenom. Je change mon argent et le suis jusqu'a son monospace qui m'emmene jusqu'au centre de Hanoi en 1 heure environ...Me voila arrivee a Hanoi, nouvelles odeurs, nouvelles ecritures, nouvelle monnaie, nouvelles tetes. Je prend une douche et vais me coucher...

 

Une semaine apres mon arrivee au Vietnam...La transition n'est pas facile, c'est une nouvelle monnaie, de nouvelles tetes, plus particulierement des touristes ! Moi qui avait passe un bout de temps en compagnie d'autochtones chinois, je me retrouvais entouree d 'australiens, d'anglais, de japonais, d'israeliens et autres nationalites diverses et variees..mais pas de vietnamiens...Quelques jours d'adaptation a l'economie locale me suffirent pour me rendre compte de la perversion de l'argent dans ce pays. Ici a hanoi, on n'aime pas beaucoup le touriste, mais ca passe mieux si on est francais...On aime son argent, qu'il en ait ou non, les prix sont multiplies par 3 ou 4. J'ai negocie pendant une heure une serviette de toilette pour l'obtenir au prix de 2 $ au lieu de 8. Je loge dans une guest house, un backpackers hotel, c'est tres bon marche, 5 $ la nuit petit dej inclus, movie room et wifi a tous les etages...Je m'y repose.

J'ai trouve un village potier non loin de la, Bat Trang. On y travaille la porcelaine en particulier des enormes vases de plus de 2 m au decors bleu de cobalt. Bat Trang n'est pas epargné par le tourisme, d'un cote tant mieux, de l'autre c'est dommage car arrivee dans ce village, on cherche a m'emmener dans les usines pour y acheter en gros, au marche ou des poteries moulee en series sont vendues telles qu'on pourrait les trouver dans des boutiques artisanat du monde en france...Il y a des endroits ouverts ou l'on peut s'initier a la poterie sur une girelle. On tourne son pot, on le fait secher et on le peint a la gouache pour l'emmener en souvenir. Ca ressemble aux animations que je faisais pour gagner quelques pieces en France. Ce fut un bon moyen d'approcher ces potiers qui ne parlent pas un mot d'anglais. Je m'assis au tour et je commencais a tourner, faisant comprendre au potier que je savais comment m'y prendre. Ils furent surpris de me voir centrer la terre et de faire monter l'argile entre mes doigts, le premier contact etait etabli... J'y retournais le lendemain. Bat Trang est à 40 min en bus de hanoi, je prend le bus qui est a 200 m de l'hotel, 3000 dong pour me rendre a la gare routiere et 3000 pour Bat Trang. Il n'y a pas d'hotel ni de guest house dans le village de Bat Trang, je rentre donc le soir a hanoi. Je ne reussis guere a me faire accepter parmis les potiers qui me demandent ce que je veux acheter. Je leur demande si je peux travailler avec eux quelques jours et toujours ils me disent 3what do you want to buy? »...Je ne me sens pas l'energie d'insister, il y a un fort decalage avec la Chine et cette famille que j'ai tant eu du mal a quitter...Je rentrais a mon hotel un peu depitee apres cette deception et regardais d'un air un peu decalé les touristes presents. Je les vois venir et partir, certains restent toute la journee dans cet hotel mangeant des burgers et pop corn et reservant des circuits en direct de l'hotel, tout est gere par la receptionniste. Je passe egalement 2 jours a ne pas sortir de l'hotel en raison d'un temps execrable qui n'incite guere a sortir...ces 2 jours me plonge au plus profond de moi-meme, m'apportant un enorme coup de blues, beaucoup de questionnements sur mon present et futur, mes projets, mes envies, mes attentes de la vie. C'est un coup de blues constructif, je pense qu'apres 6 mois de route j'ai besoin de me poser, j'apprend a me poser de bonnes questions, comme personne n'est present pour les entendre et y repondre, je cherche les solutions, je reve ma vie en quelque sorte, je la construis, chose que je n'etais pas capable de faire avant. Je suis seule avec moi-meme, autonome, avec mon libre arbitre...En autoconstruction. Voilà ce a quoi je reflechis. Je ne suis pas 100% dans la poterie ces derniers temps, je suis fatiguee, fatiguee de parler anglais, ou de ne pas me faire comprendre dans une autre langue, fatiguee de me devoiler constamment, de chercher a me faire apprivoiser. C'est une histoire de quelques jours, d'une semaine ou deux pour me remettre droite dans mes baskets, me laisser le temps a la reflexion pour faire revenir l'instinct et l'energie qui m'ont lache depuis quelques jours... et j'attends ma nouvelle carte bleue.

Les jours passent, presque 2 semaines, je frequente quelques bars, je mange au resto du coin, une soupe de nouilles accompagnees de salade, menthes, coriandre, persils et quelques morceaux de porc caramelise, je ne m'en lasse pas. Les vendeurs, les gens du quartiers me reconnaissent et c'est un grand plaisir je dois dire que d'etre reconnue, voilà ce dont j'avais besoin... Apres ces 2 semaines je decide de visiter quelques chose, changer d'air.

La baie d'halong...C'est un endroit trop frequente mais besoin de voir quelque chose d'inoubliable, je ne fus pas decue. J'embarquais sur un bateau prenant une formule 2 nuits et 3 jours direction le paradis. Une nuit en bateau et l'autre dans un bungalow pres de l'ile de Cat ba. La baie d'Halong ce sont plus de 2000 iles dans un bout de mer, des rochers karstiques, on se croirait dans un decors de film, j'imagine des pirates guettant le bateau dans la brume, prets a assaillir le navire...L'eau est d'un bleu turquoise, je vois des meduses rouges, des poissons multicolores, le sable est blanc et j'agremente ma collection de coquillages que je ramasse minutieusement sur l'ile au singes. La beaute de ce site n'est pas un mythe mais la betise de certains touriste ne l'est malheureusement pas non plus. Des dechets sont laisses a l'abandon sur les plages, la mer et dans les forets...Je me passerais de tous commentaires.

Passes ces 2 jours l'energie reviens, le goût de  l'aventure, les rencontres me donnent de nouveau envie. Tant pis je ne verrais peut-etre pas de potiers mais je verrais des artisans, des autochtones et des paysages a vous couper le souffle.

P1030915En route direction Sapa, le train de nuit c'est comme le bateau, ne mangez pas avant de le prendre...Beaucoup disent Sapa c'est Disneyland, c'est un peu vrai quand on voit le debarquement de touristes des 5h30 le matin, a l'arrivee a la gare de Lao Cai, a 40 km de Sapa...Je fais partie de cette masse, monte dans un bus qui nous conduit tous a Sapa. Sur la route defile des paysages merveilleux, feeriques. Des rizieres, des escaliers qu'un geant aurait sculpte pour descendre de ces montagne, se devoilent au fur et a mesure que la brume matinale disparaît. Arrivee a sapa, des femmes attendent les cars de touristes. Ce sont des femmes Hmong et des Red Zao, 2 ethnies minoritaires du Vietnam. Les Hmongs sont plus plus nombreuses que les red Zao. Il y a les black Hmong et les Hmong flower qui se distinguent par leurs couleurs vestimentaires. Toutes vendent des vetements, bijoux, sacs, c'est magnifiques. Je m'assois avec certaines, elles attirent la sympathie, cherchent a parler avec vous, vous tiennent la main...certe en attente que vous achetiez quelque chose mais ce n'est pas leur seul interet. Yin a 22 ans, elle est accompagnee par une autre femme, Tin, qui paraît beaucoup plus vieille, elle a 55 ans. P1030917Toute deux sont du village de Hong Ta a 10 km de sapa. Je passe la journee avec elles, je mange au marche entouree de red Zao et de Hmong qui me devisagent, sourient entre elles et me devoilent des sourires edentes. « Where are you from? » from France....  « Ah, comment tu t'appelles? » « quel age as-tu? ». je pense qu'elles sont ravies d'echanger avec un etranger qui ne les chasse pas des leur premiers pas...Je tisse tres vite des liens avec Tin, que j'apellerai « gou na » a sa demande, ca veut dire « maman ». Elle ne me lache plus la main et me dit que je suis comme sa fille, que je dois venir  dans sa maison. J'accepte, je viendrai le lendemain. Yin et Tin me disent qu'elles sont ravies, demain c'est le mariage de la soeur de Yin, elle m'y emmenera. Je rentre le soir a mon hotel, le bras entoure de bracelets d'amitie multicolores et sors boire une biere dans un bar, le Hmong's sister.

Le lendemain matin, j'ai rendez vous a 8 h tapante avec mes 2 amies qui sont venues accompagnées de leur conjoints a moto pour nous emmener. Avec Yin, je prend un autre chemin, traversant la montagne pour rejoindre son conjoint un peu plus loin, évitant la taxe pour touristes sur la route de Sapa a Lao Cai. Je suis comme une gamine ayant decouvert un tresor en suivant cette femme Hmong dans le minuscule village que nous traversons. Aux noces de la soeur de Yin, des dizaines d'homme et de femmes de tous ages m'accueillent, la mere de Yin accourt vers moi et me prend les mains pour m'emmener devant une table ou 3 morceaux de bambous tailles sont poses, ce sont des verres dans lequel il y a un alcool de riz blanc. Je m'execute a prendre ce verre et a en boire le contenu. Chaque femme doit inviter une autre femme a venir boire a son tour le contenu du verre en bambou. Le rituel est de refuser et de se faire prier, voir meme se faire trainer de force jusqu'à la table...On boit cul sec, les femmes ont un sacre bagout et lorsqu'a table une des anciennes leve sont verre chacune doit boire et se fait reservir aussitôt. Je suis evidemment avec les femmes, les hommes restent entre eux. Les femmes parlent anglais qu'elles apprennent a force de cotoyer les touristes. Les hommes quand a eux ne parlent pas un mot d'anglais et je n'echangerai que quelques mots apres avoir bu quelques dizaine de verres, ne comprenant rien l'un comme l'autre de ce que nous disons. L'ivresse est notre seul point commun et nous rions de cela. Le village de « gou na » est a 5 km de celui des noces, le voyage en moto ne fut pas sans risque vu le degre d'alcool qu'avait le conducteur..Là, une grande marche sous le soleil m'attendait, je ne savais pas a quoi m'attendre encore. 2 km de montee entre les rizieres et rochers dont le but n'est pas seulement d'arriver jusqu'au sommet mais aussi de ne pas s'arreter...Apres avoir perdu 3 litres de sueurs et fait fondre mes chaussettes, nous arrivons a la maison, une grande cabane en bois surplombant la vallee, c'est magnifique et ca vaut tous les efforts du monde. Le mari de « gou na » dort completement ivre dans la piece equipee d'une television. C'est la chambre de "gou na", le salon et l'P1030956endroit ou l'on prepare a manger. Le foyer du feu est creuse a meme le sol, sur la terre battue. « gou na » m'a prepare un lit etre la piece a manger et la cuisine ou se situe le point d'eau et les etageres a vaisselle et casseroles, un rideau m'isole du reste de la maison. Les repas ne sont pas tres varies mais je mange a ma faim : du riz, des epinards, du bambou et quelques nouilles. Je dis a « Gou na » que je l'accompagnerai au marche de Sapa des qu'elle s'y rendra pour acheter de la viande et des tomates. Son mari est cultivateur mais il fabrique des bijoux egalement. Ils sont 2 hommes a fabriquer des bijoux dans le village, de l'argent et un autre metal qu'ils melangent et qui faconnent, martelent pour en faire de sublimes bracelets, colliers, bagues et peignes. « Gou na » m'offre une bague que son mari a fait specialement pour ma venue, il me remerciera une fois decuve de ma visite dans leur famille. Je decide d'acheter une paire de boucle d'oreilles que son mari me fabrique sous mes yeux. Le resultat est surprenant, je prend beaucoup de plaisir a voir cet artisan fabriquer sous mes ce qui allait etre le plus beau bijoux que je n'ai jamais eu. P1040104

Beaucoup de photos sont a voir dans l'album Vietnam, je raconterai la suite une fois ce mois ecoule. il me reste 8 jours a passer au Vietnam, ce n'est pas encore fini, moi qui esperais vite le cambodge, je voudrais etirer un peu plus ce mois d'avril pour y vivre de nouveaux de merveilleux moments tel ces derniers jours...

A bientot 

Commenter cet article

denis 24/05/2011 12:18


Salut la belle !
les triplettes de bolbec te suive pas à pas !
Avec un peu de fierté et beaucoup de bonheur.
pour les petits spleen,on est avec toi!
vole et t'occupe,tu digereras plus tard...
un gros bisou.Denis,Béné,Max,Manue.


laure Nicoladzé 18/05/2011 18:37


Salut Céline,
Je viens de lire avec quelques mois de retard tout ton blog!! Trop bien! l'article sur ton départ de Chine m'a spécialement fais sourire, je connais bien Dali et Kunming et ca m'a rappelé plein de
souvenirs...En tout cas je suis contente de savoir que cela se passe si bien, continue à bien profiter!
Bon vent
A bientôt, la bise
Laure


laurent picard 10/05/2011 13:35


bonjour céline

j'ai toujours aussi de plaisir à regarder tes photos ,mais im manque un peu de commentaires,voilà toute 'équipe compte sur toi,,

laurent


clineb 10/05/2011 15:10



desolee mais ca prend un temps fou a charger les commentaires, je le ferai avec un peu plus de temps a mon retour... toute l'equipe c'est qui dis moi Mr picard ???



sarah 09/05/2011 07:55


Salut Celine,

Rencontre rapide lors de ton arrivée sur Hanoi... même pas sure que tu t'en souviennes!

Contente que tu aies finalement trouvé une belle manière d'apprécier le Vietnam. C'est un pays magnifique, tant par les gens que par la beauté des paysages, même s'il est parfois difficile de
sortir des sentiers battus et du tourisme de masse (en plein boom ici)!

Bonne continuation


clineb 10/05/2011 05:10



Salut sarah !


bien sur que je m'en souviens. je venais d'arriver tout juste et c'est vrai que le Vietnam ne m'a pas ouvert les bras tout de suite, je suis passe par un petit coup de blues mais le moral est
revenu dans les montagnes au nord du pays... J'ai rencontre des gens extraordinaires mais pas de potiers...tant pis, je me rattrape actuellement au Cambodge ou les sourires fusent a chaque coin
de rue, ou les enfants vous courent apres pour vous dire "hello"...ca fait du bien a son ptit coeur... Merci de ton message, j'espere avoir le plaisir de te revoir un jour, au Vietnam peut-etre
pas mais le monde est si petit, qui sais...si tu reviens en france fait moi signe, tu peux envoyer un mail via le formulaire de contact, j'aurai ainsi ton adresse pour t'envoyer la mienne.


bonne continuation a toi egalement et bonjour a l'equipe qui t'accompagnais ce soir la..


Bises


Celine



gandon debeauvais pascale 26/04/2011 20:53


je suis ravie de voir le soutient de Françis Guillon d'une grande qualité et d'une grande gentillesse
je t'embrasse très fort et te souhaite encore beaucoup de bonheur et de riches rencontres -Pascale